La division santé connectée de Nokia a été rachetée par Éric Carreel, co-fondateur de Withings. La marque Withings sera de retour à la fin de l'année 2018. En savoir plus

Withings | Bioelectrical Impedance Analysis

Tout savoir sur la l'analyse d'impédance bioélectrique et la mesure de la composition corporelle


L'analyse d'impédance bioélectrique (ou BIA) est une mesure simple et non-invasive. Des courants électriques à très basse tension, inoffensifs et indolores, traversent le corps entre deux électrodes.

BIA: une référence pour évaluer votre composition corporelle

La BIA aide à distinguer la manière dont la masse grasse, les muscles et l'eau sont distribués dans les tissus de votre corps. Ainsi, ce dispositif est utilisé pour déterminer votre composition corporelle.


On parle de «composition corporelle altérée» lorsque votre masse grasse (la graisse) est trop importante par rapport à votre masse maigre. Le poids n’est pas le seul indicateur à prendre en compte pour rester en bonne santé. Une composition corporelle altérée peut augmenter le risque de développer de l'hypertension, des maladies cardiovasculaires et du diabète de type 2. Ainsi, suivre sa composition corporelle grâce à l’analyse d'impédance bioélectrique est un excellent geste santé.


Ainsi, l'analyse d'impédance bioélectrique peut vous livrer des informations clés sur votre santé.

Qu'est-ce que l'analyse d'impédance bioélectrique?

L'analyse d'impédance bioélectrique (BIA), ou bio-impédance, est la mesure de la résistance des tissus biologiques à la traversée d’un courant basse tension.


Le corps humain est composé de différents tissus, chacun pourvu de différents niveaux de conductivité électrique. Le courant, d’une tension d'environ 70 microampères (μA), traverse plus rapidement les tissus les plus conducteurs, composés majoritairement d’eau comme, par exemple, les muscles.


En mesurant la chute de tension entre les électrodes source et réceptrice, la mesure d'impédance détermine le niveau de résistance de ces tissus au passage du courant.

configuration à quatre électrodes pour la mesure d'impédance

Configuration typique à quatre électrodes pour les mesures BIA entre le bras droit et la jambe droite.


Appelée «impédance», cette résistance (Z) correspond au rapport de la mesure de la tension (U) entre 2 points situés de part et d’autre des tissus, sur l'intensité (I) de la fréquence du courant appliqué.


Le calcul de l'impédance est alors Z=V/I.

Histoire de la mesure d'impédance bioélectrique

Les premiers tests relatant l'impédance électrique remontent à Georg Simon Ohm (1788-1854), célèbre physicien ayant établit les relations fondamentales entre courant, tension et résistance électrique. Néanmoins, son application au corps humain et à la mesure des tissus biologiques n’a été théorisée que dans la seconde moitié du XXe siècle.


En 1962, dans son article intitulé «Propriétés bioélectriques des tissus. Mesure de l'impédance en clinique », le Docteur Thomasset introduit une méthode nécessitant l’utilisation de deux électrodes et visant à comparer deux fréquences pour permettre de calculer la masse maigre et d'obtenir une estimation précise de l'état nutritionnel d'un patient.


En 1994, le National Institutes of Health (NIH) a décidé de démocratiser cette technologie dans le but de «fournir aux médecins un outil d'analyse d'impédance bioélectrique (BIA) pour la mesure de la composition corporelle».

Comment la bioimpédance permet-elle de déterminer la composition corporelle?

L'analyse d'impédance bioélectrique est désormais largement utilisée dans le domaine médical pour distinguer la quantité d'eau, de graisse et de muscle dans le corps. On peut déduire de ces trois composants la masse osseuse.


La BIA permet d'abord d’obtenir l’Eau Corporelle Totale (ECT), la quantité de liquide qu’on trouve à l'intérieur et à l'extérieur des cellules de votre corps. Pour un adulte, l'ECT représente entre 45 et 60% du poids corporel total.


Les autres composants, plus pauvres en eaux, ont donc des propriétés plus isolantes. La graisse ou la peau, par exemple, seront plus «résistantes», elles conduisent l'électricité moins efficacement.


Grâce à ces résultats de l'impédance bioélectrique, des équations complexes estiment la masse sans graisse du corps. La quantité de graisse corporelle est ensuite déduite du poids total.


Au-delà de la composition corporelle

Remarque: L'impédance bioélectrique est également une méthode utilisée en cardiologie pour évaluer la vitesse d’onde de pouls, un autre biomarqueur qui estime la rigidité des artères pour déduire la santé cardiovasculaire.


En savoir plus la vitesse d'onde de pouls.

SCHÉMA 1

Bioelectrical impedance analysis in fatty tissues

SCHÉMA 2

Bioelectrical impedance analysis in fat-free mass

À quel point les mesures par analyse d'impédance bioélectrique sont-elles précises ?

Le signal utilisé dans l'analyse d'impédance bioélectrique est sans danger et indolore pour les adultes comme les enfants. Néanmoins, notez que l'impédance bioélectrique n'est pas recommandée pour les personnes portant un pacemaker.


D'une part, de nombreuses publications scientifiques attestent de la fiabilité, de la précision et de l'exactitude de l'analyse d'impédance bioélectrique pour fournir des estimations valables de la quantité totale d'eau corporelle chez les individus.


Néanmoins, beaucoup réclament un encadrement de la manière dont sont prises les mesures car certains facteurs peuvent altérer les résultats des tests. Ils sont décrits dans une étude publiée dans l'American Journal of Clinical Nutrition intitulée «Caractéristiques cliniques influençant les mesures d'analyse d'impédance bioélectrique».


Les facteurs susceptibles d'affecter la BIA sont les suivants:


L’environnement

Il se pourrait que la température ambiante et cutanée influent sur l'impédancemétrie. Un article scientifique publié dans le Journal of Applied Physiology souligne que «Le contrôle des températures ambiantes et cutanées devrait être inclus dans les mesures de standardisation de la BIA."

Le taux d’hydratation

Les muscles étant en grande partie composés d'eau, la déshydratation diminue la quantité de fluides et d'électrolytes ce qui pourraient réduire la conduction de ces tissus. La masse musculaire risque alors d’être sous-estimée. Le taux d'hydratation varie considérablement au cours de la journée, ainsi, il s’agit d’un facteur important pour une estimation précise de la composition corporelle et donc pour les mesure par impédances bioélectrique.

L’âge

Une étude publiée dans le Journal of Bodywork and Movement Therapies en 2017, «Estimation de la composition corporelle chez les enfants et les adolescents par analyse d'impédance bioélectrique.», a démontré une certaine corrélation entre l'estimation de la composition corporelle basée sur l’analyse d’impédance bioélectrique et celle basée sur les méthodes de référence. Néanmoins, la masse grasse est sous estimée dans les résultats basés sur l’analyse d’impédance bioélectrique chez les enfants et les adolescents.

L’obésité morbide

Les équations qui interprètent la masse maigre sur la base de l’Eau Corporelle Totale étant basées sur une population de référence, l'estimation de la composition corporelle peut être imprécise pour les personnes dont la masse grasse est très importante. Une étude intitulée «Évaluation de la graisse viscérale dans l'obésité morbide» a révélé une «sous-estimation de la masse grasse chez les sujets obèses, et l'erreur augmente avec l'augmentation de l'IMC».

Les implants métalliques

La masse grasse peut être sous-estimée chez les personnes portant des implants métalliques. Néanmoins, les résultats seront toujours sous-estimés de la même manière et ces personnes pourront donc suivre l’évolution de leur composition corporelle dans le temps.

Quels sont les différents dispositifs d’analyse d’impédance bioélectrique ?

De nombreux appareils ont été conçus pour mesurer l'impédance bioélectrique avec une précision et une commodité accrues au fil du temps. Ils diffèrent principalement en termes de nombre d'électrodes et de portions du corps sur laquelle sont pratiquées les mesures.


Au-delà de la conception, c'est également la nature et la complexité de l'algorithme utilisé qui importe. Afin d’élaborer ces algorithmes, les scientifiques les soumettent à un large panel de mesures de masses grasses.


L'utilisation de balances connectées pour mesurer votre composition corporelle peut vous aider à suivre de manière fiable l’évolution de votre masse grasse et vous aider à être en bonne santé.


Les balances impédancemètres

Ces balances envoient le courant électrique d’une jambe à l’autre en passant par des capteurs situés sous les pieds. Avant de se peser, les utilisateurs doivent indiquer leur âge, leur taille et leur sexe.


Les impédancemètres main-à-main"

C'est appareils mesurent l'impédance bioelectrique du bras et du tronc supérieur.


Dispositifs impédancemètres pour le corps entier

Ces appareils sont composés de quatre électrodes, positionnées sur la moitié droite ou la moitié gauche du corps. Le courant électrique traverse le corps du bout du bras à celui de la jambe.


DSM-BIA

L’analyse d’impédance bioélectrique à multifréquences segmentaires directes (ou DSM-BIA) est le dispositif le plus avancé, mais aussi le plus cher. Il fournit une analyse d'impédance bioélectrique de pointe en divisant le corps en 5 segments et en mesurant indépendamment l'impédance pour chacun de ces segments.

L'analyse d'impédance bioélectrique (BIA) est une manière rapide et fiable d’estimer la composition corporelle chez l'adulte. C'est pourquoi cette alternative est largement utilisée dans les cliniques, en médecine sportive et dans d'autres domaines liés à la santé. Les scientifiques cherchent encore à établir une norme standard qui permettrait d’aider à corriger les derniers biais d'interprétation restants. Cependant, la cohérence des mesures permet de détecter avec précision les variations de masse corporelle, ce qui permet à quiconque de suivre facilement l’évolution de sa composition corporelle.

loader newco